Les textes...

Si les derniers cours d'anglais sont un peu trop lointains, vous trouverez une traduction maison de nos textes dans la colonne de droite... histoire de savoir un peu de quoi c'est ti qu'on cause ! Cliquez sur les titres pour afficher/masquer les textes.

 

Album "Divers & autres (sauf indication contraire)"


Bientôt disponibles
Texte

 

Album "Incipit"


On The Edge

A newborn at the dawn of your life... already... you wonder... how much further can I go

In the silence of night you ponder
Over what has been done through the day
You can feel there is more for your eyes
Than the walls that have cradled your dreams

So you get to the end of the room... and you wonder... you wonder... how much further can I go

Soon you walk with the crowd and you pledge
For the rights of the speechless around
But you know that your own path is written
On a much wider book than this one

So you get to the end of the street... and you wonder... you wonder... how much further can I go

There you go sailing close to the wind
You're the king of the world free as hell
Still a voice in your head seems to whisper
You'll find elsewhere is no place to be

So you get to the end of the world... and you wonder... you wonder... how much further can I go

At the end of the day it all comes clear
Elsewhere never will be far enough
And your memories will be the last harbour
When the travel must come to an end

So you get to the end of your life... and you wonder... you wonder... how far from myself have I gone

Nouveau-né à l’aube de ta vie... déjà... tu te demandes... jusqu’où encore pourrais-je aller

Dans le silence de la nuit tu médites
Sur ce que tu as fait de ta journée
Et tu sens qu’il y a bien plus à voir
Que ces murs qui ont bercé tes rêves

Alors tu vas au bout de la chambre... et tu te demandes... tu te demandes... jusqu’où encore pourrais-je aller

Bien vite tu rejoins la foule et tu entres dans la lutte
Pour les droits des sans-voix qui t’entourent
Mais tu sais que ton chemin à toi est inscrit
Dans un livre bien plus grand que celui-ci

Alors tu vas au bout de la rue... et tu te demandes... tu te demandes... jusqu’où encore pourrais-je aller

Te voilà, grand aventurier, fendant les vagues, intrépide
Tu es le roi du monde, libre comme personne
Mais une voix dans ta tête semble te murmurer
« Ailleurs », tu verras, n’as rien d’une destination de rêve

Alors tu vas au bout du monde... et tu te demandes... tu te demandes... jusqu’où encore pourrais-je aller

Au bout de la route, tout devient clair
« Ailleurs » ne sera jamais assez loin
Et tes souvenirs seront ton dernier port d’attache
Quand le voyage arrivera à son terme

Alors tu arrives au bout de ta vie... et tu te demandes... tu te demandes... combien de moi-même ai-je fui

Billy Joe

 

Young Billy Joe was a boy of a kind
You should have seen when he sang for us folks
Kicking all the pain and the sorrow out of town
Young Billy Joe he was hell of a boy

Sing with Billy Joe now... sing with Billy Joe

Young Billy Joe wasn't even a man
When he was sent out to war far abroad
Don't worry he said I'll be back in no time
And when I come I'll be singin' for you

Fear for Billy Joe now... fear for Billy Joe

Young Billy Joe was too much of a man
To believe that a rifle could bring out the peace
When they started to shoot then he started to sing
Young Billy Joe never thought he could die

Cry for Billy Joe now... cry for Billy Joe

When Billy Joe he came back into town
In a box made of wood we all gathered around
You should have seen how we sang for the man
I'd swear that I heard him laughing out loud

Laugh with Billy Joe now... laugh with Billy Joe


Young Billy Joe was a boy of a kind
You should have seen when he sang for us folks
[Ad libitum]

Le jeune Billy Joe était un garçon unique
Il fallait voir comme il chantait pour nous
Chassant de la ville toutes les douleurs toutes les peines
Le jeune Billy Joe était un sacré p’tit gars

Chantez avec Billy Joe...

Le jeune Billy Joe n’était pas même un homme
Quand on l’envoya à la guerre tout là-bas
Ne vous en faites pas, a-t-il dit, je serai rentré très vite
Et à mon retour, je chanterai pour vous

Tremblez pour Billy Joe...

Le jeune Billy Joe avait bien trop d’un homme
Pour croire qu’un fusil pouvait amener la paix
Quand ils se mirent à tirer, lui se mit à chanter
Le jeune Billy Joe n’avait jamais pensé pouvoir mourir un jour

Pleurez Billy Joe...

Quand Billy Joe est revenu en ville
Dans une boîte en bois, tous nous étions là
Il fallait voir comme on a chanté pour notre gars
J’aurais juré l’entendre rire aux éclats

Riez avec Billy Joe...

Le jeune Billy Joe était un garçon unique
Il fallait voir comme il chantait pour nous [ad lib]

Love Me Or Leave Me (W. Donaldson & Gus Kahn)

Love me or leave me, or let me be lonely;
You won't believe me, I love you only.
I'd rather be lonely than happy with someone else.

You might find the night time the right time for kissin',
But night time is my time for just reminiscin',
Regrettin' instead of forgettin' with somebody else.

There'll be no one unless that someone is you;
I intend to be independently blue.

I want your love, but I don't want to borrow,
To have it today to give back tomorrow,
For my love is your love
There's no love for nobody else

Hard Time Killing Floor (chanson de Skip James)

Hard time here and everywhere you go
Times is harder than ever been before

And the people are driftin' from door to door
Can't find no heaven, I don't care where they go

Well, you hear me singin' my lonesome song
These hard times can last us so very long

Sing this song and I ain't gonna sing no more
These hard times will drive you from door to door

Mm...mh...

Hard time here and everywhere you go
Times is harder than ever been before

For Me To Be Me

Some time ago I met a guy called ... what do we care
Took me to that sweet little place called... right, what do you care
So we had this nice little chat
Started that lovely little fling, before we knew...
That's when I told him, boy, there's that little something you needa know:

Refrain:

I aint a slut I aint a wife
I aint your bitch I aint your star
I aint a slave I aint a saint
that aint no blessing, aint no sin
I aint no princess aint no witch
No loving mom no selfish whore
I'm just a woman who is free
And sure I want you, b’I don’t need you... for me to be me

 

I know it's hard to understand but uh... what do I care
The chance is ours to seize today so hey... let's try and dare
Then we went on that little ride
Headin' for the spot where "true love" hides, or so they say
That's when I stopped the car. I said: there's that little something you needa know:

[Refrain]

The road had its tricks yet we did fine and mm... what could I say
There comes a time you gotta name it... when you DO care
You got me man I fell for you
Right out there on that little road... who could have told
Yet let me just remind you this, that little something I'm sure you know by now:

[Refrain]

[Final]
And sure I want you, may even love you... I still don't need you...... for me to be me

Il y a quelques temps, j’ai rencontré ce gars qui s’appelait... quelle importance
Il m’a emmenée dans ce charmant petit coin qui s’appelait... ok, peu vous importe
Donc il y a eu ces chouettes petits bavardages
Et avant de s’en rendre compte, cet adorable badinage
C’est alors que je lui ai dit, mon gars, il y a un petit quelque chose que tu dois savoir :

Refrain :
Je ne suis pas une catin, je ne suis pas une épouse
Je ne suis pas ta putain, je ne suis pas ton étoile
Je ne suis pas une sainte, je ne suis pas une esclave
Ce n’est pas un péché, pas une bénédiction
Je n’ai rien d’une princesse, je ne suis pas une sorcière
Pas une mère aimante, pas une pute égoïste
Je suis juste une femme, une femme qui est libre
Et bien sûr je veux de toi mais je n'ai pas besoin de toi... pour être qui je suis

Je sais que c’est difficile à comprendre mais... oh peu m’importe
C’est notre chance, il faut la saisir aujourd’hui alors... allons-y, osons
On est donc parti sur la route
Chercher l’endroit où se cache « l’amour vrai », du moins à ce qu’on dit
C’est alors que j’ai garé la voiture et que je lui ai dit : il y a un petit quelque chose que tu dois savoir :

Refrain

La route avait ses pièges mais on s’en est bien sorti et... que puis-je vous dire
Vient un moment où il faut nommer la chose... quand enfin elle vous importe
Tu m’as eue, mec, j’ai craqué pour toi
Juste là, sur cette petite route, qui l’eu cru
Mais laisse-moi juste te rappeler ce petit quelque chose que tu as bien compris maintenant, j’en suis sûre

Refrain

[Final :] Et bien sûr je veux de toi, je pourrais même t’aimer... mais je n’ai toujours pas besoin de toi... pour être qui je suis

Relief Blues

The job was made for me
But it was tough as hell
The world was made for me
But it was full of pain
Life was no friend to me
But this I know for sure
The man was made for me
And I was made for him

The flesh was made to thrill
But bleeds so easily
The hands were made to stroke
Unless they hold a gun
Life is a cruel game
But this I can assure
His arms were made for me
And they're the place to be

Music was made to soothe
The distress of the soul
I sang my songs in vain
Cause men are deaf and dumb
But it was worth a try
And let me tell you this
There is a man who cares
And I won't let him go

I've walked so many roads
I've seen so many things
I've shed so many tears
And worn so many dreams
I'm all wrinkles and scars
But here's the true relief
The man was made for me
And I was meant for him

Le job était fait pour moi
Mais pénible à mourir
Le monde était fait pour moi
Mais rempli de douleur
La vie n’était pas tendre avec moi
Mais de ça, je suis sûre
L’homme était fait pour moi
Et j’étais faite pour lui

La chair est faite pour frémir de plaisir
Mais saigne si facilement
Les mains sont faites pour caresser
Sauf lorsqu’elles tiennent une arme
La vie est un jeu cruel
Mais ça, je vous l’assure
Ses bras sont faits pour moi
Et c’est là qu’il faut être

La musique est faite pour apaiser
Les détresses de l’âme
En vain, j’ai chanté mes chansons
Car les hommes sont sourds et muets
Mais ça valait la peine d’essayer
Et je vais vous dire une chose
Il y a un homme pour qui ça compte
Et je ne le laisserai pas filer

J’ai parcouru tant de routes
J’ai vu tant de choses
J’ai versé tant de larmes
Et usé tant de rêves
Je ne suis plus que rides et cicatrices
Mais j’ai trouvé la paix
Car l’homme est fait pour moi
Et je suis toute à lui

Chanson pour faire pleurer les enfants

Oups j'ai gobé gran'ma
dit le grand méchant loup
bien repu bien ventru
c'est la fin de l'histoire

Oups j'ai dézingué le prince
dit la belle insomniaque
debout depuis un bail
et elle vécut heureuse

aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe
bobo à ma morale

Ouf enfin débarrassé
dit le petit poucet
les parents abusifs
y faut s'les décoller

Mouais les moutards ça va bien
'fin tant qu'c'est pas les tiens
dit le père sans enfants
j'ai nommé Santa Claus

aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe
bobo à ma morale

bouh mon valeureux vaillant
a viré sa cuti
dévolue sur grincheux
rabâche la pauvre Blanche

Oups la petite sirène
sitôt sur ses deux pieds
larguée pour une sangsue
noyée dans un verre d'eau

aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe-aïe
bobo à ma morale

Oups ma môman a fauté
'vec le geai d'à côté
dit le caneton d'ébène
oui quel manque d'aubaine

Hé m'prenez pas pour une truffe
le soulier, la citrouille
c'est pour ferrer crésus
au divorce, je le plume !

En vrai c'est faux mais ça tu sais [ad lib]

 

Le morpion

Donc jusque là, tout allait bien

Bien accroché à la toison
D'un boutonneux pas trop porté
Sur le récurage et l' savon
Y'avait plus qu'à s'laisser bercer
J'aurais pu trouver pire logeur
Pour finir ma vie de morbac
Tous les calbars font mon bonheur
Mais l'paradis c'est mon cloaque

Et jusque là, tout allait bien

Quand un morveux, au fond d' ses fouilles,
Enfonce ses mains pour se gratter
C'est mon crâne velu qu'il chatouille
Et j'aime ! Hm, j'pourrais en pleurer
Au fond morbleu l'morbac mord pas
S'y s'fait tout p'tit, on l'tracasse pas
Et si ça n'avait t'nu qu'à moi
L'histoire se s'rait arrêtée là !

...

Puis voilà qu'le puceau découvre
La volupté des galipettes
Les peaux qui suintent, les corps qui s'ouvrent
Et moi qui m'agrippe comme une bête
Comment vouliez-vous que j'm'y r'trouve
La tête en bas, les pinces en l'air
Entre le gorille et la louve
Au p'tit matin j'étais pas fier

Mais jusque là, tout allait bien

J'avoue qu'j'ai quand même eu le spleen
Quand j'ai compris qu'j'avais troqué
Mon nid entre les orphelines
Contr' la dentelle de la pépée
Passé l'premier moment d'panique
Je me rendors comme un pacha
Inconscient d'mon destin tragique
Parce qu'il faut bien l'dire, jusque là

Oui, jusque là, tout allait bien

Mais voilà, c'était à prévoir
Bikinis ! Horreur ! C'est l'été !
Mon drame et la joie des rasoirs
J'crois qu'on va pas m'laisser pioncer
La pince, la cire et la tondeuse
Puis c'est l'épilation complète
Elle s'approche, c'est la grande faucheuse
Décapité, je perds la tête

 

Peau appeau

 

Suspendus là dans l'heure curieuse de l'effusion à peine éclose
pour écœurant que soit le chœur au corps à corps -- encore que...

 

La peau oppose à mes défiances quelqu' objection
pleine irruption au cours tranquille de ta présence
les doigts implorent palpitent dansent chargés d'attente
où les yeux jettent dans le fantasme du pore à pore une impudence

je t'outrepasse et dans l'élan tu me dépasses
je reconnais dedans tes rires mes bienveillances
les tripes à l'air l'orgueil à peine vêtu, sait-on
combien se goûtent ces indociles langueurs prêtées sur gage

l'oreille tendue au souffle rond je-tu déflore
au creux du cou sans trop y croire un pacte sourd
près du matin on se dégage de la mêlée
pour donner champ aux solitudes enragées repues de vit

mauvais gagnant au double jeu on se rebiffe
infiniment surpris de ne pas l'être plus
sur le départ, où les regards sondent les franchises
pris aux poumons instant fébrile v'là qu'on s'émeut, brutal – et moi...

émoi brutal et, moi souveraine, je me délecte–
de te voir si bien habiller mes libertés
et me laisser à fleur de lèvres griffer les tiennes
tout de candeurs incandescentes à peine étreints écarquillés

muettes promesses au cours tranquille de nos absences
forts d’une intouchable évidence, une prescience
et le murmure soudain pressant d'une impatience
jusqu’à ce soir, jusqu'à plus tard, jusqu'à plus soif, dis...

 

Bête infâme

 

Qu'on batte le rappel, déjà s'avance en hâte
la horde nébuleuse des ânes trépanés
En rang au petit trot la meute éberluée
en troupe au front s'amasse et cha-a-a-a-arge
Qu'on s'embroche à l'ancienne, qu'on se collatérise
la boucherie est un art, une passion d'esthète
oh non, cher professeur, nous ne sommes pas des bêtes
Ça non, mon bon docteur, on n'est pas des barbares
mais la vache sacrée fait un tendre tartare

L'animal imposteur tout frais paré de pourpre
cabré dessous son mors, beuglant à l'indécence
"que je sois encorné si la bête m'habite"
Au débit de mensonges l'illusion se vend bien

Au bûcher la sorcière, au gibet la bonne femme
avec son diable au corps, avec son feu au cul
escamotée la lie-bido de bonobo
À nous l'âme éthérée, béate éternité
et aux bestiaux lubriques, les glaires et puis le stupre
et l'opprobre céleste, ah l'opprobre céleste
On n'va pas s'abaisser à bêler de plaisir
ah non ma bonne dame, on n'est pas là pour jouir
eh oui mon bon monsieur, c'est qu'on n'est pas des bêtes


Ça s'offusque à tout rompre et ça montre les crocs
la babine écumant un relent de panique
La confusion parfois donne au genre une allure
mais le genre humain lui, môssieu, est noble et pur

Le bétail aux abois en quête de berger
acclame son chef de meute, réclame son foin du jour
et clame à plein gosier que l'enclos qui l'entoure
ne le rend pas captif mais l'abrite du loup
Et là, l'autre échassier, la bécasse engoncée
cocotte toute en croupe coasse entre ses plumes
Bas les pattes animal, nous ne sommes pas des bêtes !
Et pourtant jeune grue, en êtes-vous bien sûre ?
Et pourtant, et pourtant en êtes-vous bien sûre...

et pourtant bonne dame, et pourtant professeur,
et pourtant vous monsieur, et vous mon bon docteur
et pourtant et pourtant, en sommes-nous bien sûrs ?

Au débit de mensonges l'illusion se vend bien !

 

What a Wonderful World (B. Thiele & G. D. Weiss)

 

I see trees of green, red roses too
I see them bloom for me and you
And I think to myself "what a wonderful world"

I see skies of blue and clouds of white
The bright blessed and the dark sacred night
And I think to myself "what a wonderful world"

The colors of the rainbow so pretty in the sky
And also on the faces of people passing by
I see friends shaking hands, saying "how do you do?"
They're really saying "I love you"

I hear babies cry, I watch them grow
They'll learn much more than I'll ever know
And I think to myself "what a wonderful world"
Yes I think to myself "what a wonderful world"


Time for joy

He left me broken
I was so naive
Got my heart stolen
How could I believe
The sweetness in his words
When they were all just words
Promises and lies
Gleaming in his eyes

I’ve been weeping and sighing for ages
I’ve been grieving and moaning much too long
Now you tell me ‘bout distress and rages
Well I got my share now I needa be strong

[Refrain]
‘Cause now it’s time for joy you know
You know it’s time to live tonight
Time for the wind of change to blow
High time to fill my home with light


He came back begging
I was so amazed
I told him Darlin’
Wounds can't be erased
He whispered Baby I
I need you so bad
Wish I didn’t cry
But tears were all I had

And I can’t help it I’ll always be yours
Oh So you say that it’s true love you feel
Well let me tell you you’d better be sure
Yeah I got my share now I want love for real

[Refrain]

Killed myself waiting
Together but alone
No people ain't changing
I guess I should have known
Spoiled my dreams hoping
For a better time
Didn't know trying
Could be such a crime

But there it is, the time's wasted for good
Sorry my friend, still got a life to live
When all I asked was to feel understood
All you could do was pretend and deceive

[Refrain]

 

Il m'a laissée là, brisée
J'étais si naïve
Mon cœur, il l'a volé
Comment ai-je pu croire
La douceur dans ses mots
Quand ce n'était que des mots
Les promesses, les mensonges
Qui brillaient dans ses yeux

J'ai sangloté et soupiré pendant des siècles
J'ai pleuré et gémi bien trop longtemps
Maintenant, tu me parles de détresse, de colères
J'en ai eu ma dose, maintenant j'ai besoin d'être forte

[Refrain]
Car il est temps pour moi d'être joyeuse, tu vois
Vois-tu, il est temps de commencer à vivre ce soir
Temps que souffle le vent du changement
Grand temps d'innonder ma maison de lumière


Il est revenu en me suppliant
J'étais si étonnée
Je lui ai dit Chéri
Les plaies ne peuvent pas être effacées
Il m'a chuchoté Bébé, je...
J'ai tellement besoin de toi
Si seulement je n'avais pas pleuré
Mais les larmes étaient tout ce qu'il me restait

Et je ne peux rien y faire, je serai toujours à toi
Oh alors, tu dis que tu m'aimes pour de vrai
Bien laisse-moi te dire que tu as intérêt à en être bien sûr
Ouais, j'en ai eu ma dose, maintenant je veux qu'on m'aime pour de bon

[Refrain]

Me suis tuée à attendre
Ensemble mais si seule
Non, les gens, ils changent pas
Je suppose que j'aurais dû le savoir
J'ai gâché mes rêves à espérer
Des temps meilleurs
Je ne savais pas qu'essayer
Pouvait être un tel crime

Mais voilà, mon temps, je l'ai bien perdu
Désolé mon ami, j'ai encore une vie à vivre
Alors que tout ce que je demandais était de me sentir comprise
Tout ce que tu savais faire, c'était simuler et tromper

[Refrain]

 

900 miles (traditionnel)

 

I’m just walking down that track
I’ve got tears in my eyes
Trying to read this letter from my home
Now if this train runs me right
I’ll be home tomorrow night
Cause I’m nine hundred miles from my home
And I hate to hear that lonesome whistle blow

Now this train that I’m on
Is a million coaches long
You can hear that whistle blow a hundred miles
And if this train runs me right
I’ll be home tomorrow night
I’m nine hundred miles from my home
Hate to hear that lonesome whistle blow

Now I’ll pawn you my watch
Pawn you my chain
Pawn you my golden diamond ring
If this train runs me right
I’ll be home tomorrow night
I’m nine hundred miles from my home
Hate to hear that lonesome whistle blow

If my woman tells me so
Then I will railroad no more
I’ll sidetrack my wheeler and go home
If this train runs me right
I’ll be home tomorrow night
I’m nine hundred miles from my home
Hate to hear that lonesome whistle blow

I’m just walking down that track
I’ve got tears in my eyes
Trying to read this letter from my home
If this train runs me right
I’ll be home tomorrow night
Cause I’m nine hundred miles from my home
And I hate to hear that lonesome whistle blow

And I hate to hear that lonesome whistle blow


Il y a

 

Il y a ta gueule d'ange
Tu me plais, je rougis
Tu le sais, je m'enfuis
Et pourtant, tu me plais
Justement, je m'en vais

Le cœur a ses raisons
Mes jambes en ont d'autres

Il y a pour demain
DEA, cadre sup
Trois gamins, un mari
Pavillon, prèt bancaire
J'ai pas signé pour ça

Détour ou déraison
Mon cœur a ses raisons

Il y a, sans un pli
Sport en salle, muscle en boîte
Taille de guêpe, barbie girl
Volupté étiolée
Pur esprit, aseptie

Et funeste oraison
Le corps perd la raison

Il y a, ciel et terre
Du bon dieu plein la bouche
Des dollars plein la ouate
Crucifix à main gauche
Et grenade à main droite

Si l'Homme a ses raisons
Peut-être a-t-il ses torts


Il y a sur l'écran
"Tous pourris", tapez 1
On vous préfère crétin
La raison du plus fort
Aux vapeurs de purin

À chacun ses raisons
Qu'importe qu'on ait tort

Il y a, pas le choix
Grenouillère, couche-culotte
Rose poupon, bleu layette
Ma grenouille, ma mascotte
L'alibi des poussettes

Le ventre écrit sa loi
Et la raison vascille

Il y a l'autre là
Charité à la carte
Certes on n'est pas des anges
Mais l'sourire perd la cote
Les victimes nous dérangent

À tort ou à raison
Le cœur a ses saisons

Il y a le non-sens
Un burger, un footing
Prêche d'amour, guerre de foi
Nature dé-naturée
Et bestiau matricide

Les raisons déraisonnent
Mais la raison, c'est quoi... ?